La Valse du Chaos — Prologue

TW — Incendie

« Sentir, dans son coeur vif, l’air, le feu et le sang. 
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
S’élever au réel et pencher au mystère,
Être le jour qui monte et l’ombre qui descend. »
— La vie profonde, Anna de Noailles

La bâtisse semblait sortir du temps. Excentrée du reste de la ville, elle se reposait, à la fois basse et imposante. Ses briques d’un rouge cardinal seulement visible en pleine journée apparaissaient désormais brunes. Tout autour, une clôture gardait précieusement en son sein un jardin verdoyant, dont les fleurs se dressaient avec fierté. Leur parfum subtil montait dans une danse agréable vers le ciel étoilé. Un homme faisait face à ce spectacle nocturne. Il observait attentivement les pavés de pierre se frayer un chemin du portail jusqu’à la porte d’entrée. Celle-ci laissait place à une vitre en son centre qui, éclairée par la lune, renvoyait une gamme bleutée, proche du cobalt. Il avançait, accompagné du chant des criquets. Au loin, le son emblématique d’un cours d’eau lui parvenait, mais il aurait été incapable de dire s’il s’agissait d’une rivière ou d’un ruisseau. Il s’infiltra dans la propriété et son ombre disparut dans l’obscurité de la maison. 

À l’intérieur, un calme serein régnait. La chaumière était inconsciente du danger qui allait s’emparer d’elle et l’anéantir. On n’entendait rien d’autre que le grincement du bois et le vent contre les volets. On ne voyait rien. On ne distinguait rien. Le silence rôdait dans le noir.

Ses pas effleurèrent le sol jusqu’au centre de la pièce. L’homme s’y camouflait tel un spectre. Du bout de ses doigts fantomatiques, il attrapa un paquet d’allumettes. Quand il en craqua une, un bruit sec ainsi qu’une petite flamme éclatèrent. Il l’observa quelques secondes. Assez pour admirer sa danse fluide, ses mouvements magnifiques, sa dangerosité mortelle. Ses yeux se posèrent sur la salle. La source de lumière peinait à éclairer le liquide qu’il venait de répandre sur le sol.

Il prit une grande inspiration. La chaleur léchait son visage alors qu’il se concentrait sur le crépitement irrégulier du soufre. Il jeta l’allumette à plusieurs mètres de lui. En quelques secondes à peine, le feu déflagra. L’homme recula et releva le menton alors que l’habitation reflétait déjà l’enfer. Une odeur d’essence lui parvint. De l’endroit où il se tenait, il voyait déjà un mur de fumée noire se sculpter dans l’air. Celle-ci tenta de s’immiscer dans ses poumons mais fut arrêté bien avant grâce au masque qui lui mangeait le bas du visage.

En observant le bois noircir, et la brume épaisse boucher l’espace, il imaginait déjà les ruines et les cendres que deviendrait cette maison. Il anticipait les informations dans les journaux et les banderoles tout autour de la propriété. Il s’empêcha d’humer l’air, évitant ainsi de se brûler l’intérieur de l’œsophage puis tourna les talons. Derrière lui, le feu dévorait le salon et la cuisine, montait à travers les poutres, s’emparait des bases de la maison. Pourtant, avant de sortir, un obstacle se dressa. Il jaugea vaguement la silhouette enfantine qui l’observait de ses grands yeux clairs et globuleux. L’enfant ne dit rien ni ne fit de bruit. Il se contenta de couler son regard de l’intrus au feu, et du feu à l’intrus. La chaleur montait de plus en plus, rougissant la peau du nouvel arrivant. Très vite, elle s’emparerait de toute la demeure et emporterait dans sa danse les corps endormis à l’étage. L’enfant ouvrit la bouche, la referma, et une quinte de toux rauque s’empara de son petit corps. On lui tendit la main. Il hésita, s’en empara puis alors que la bâtisse s’effondrait dans un fracas effroyable, ils partirent.

On n’y retrouva que des cendres, des lambeaux de tissu, quelques morceaux de pierre, de bois et de céramique. Personne n’avait réchappé à ce tragique accident. Malgré l’enquête mise en place, on classa le dossier de l’incendie sans suite.

Suivant : Chapitre I — La Rose

2 Comments

  • Karole

    Oh, wow – ça, c’est de l’entrée en matière ! On débute avec une scène très forte, tout en mystères et en silhouettes anonymes. J’aime beaucoup votre plume que je trouve très imagée (“Le silence rôdait dans le noir” ♥) et on sort de ce prologue avec un paquet de questions. Qui est le pyromane ? Pourquoi a-t-il déclenché cet incendie, pourquoi dans cette maison précisément ? Et l’enfant, pourquoi l’avoir emporté lui et ne pas avoir sauvé le reste de sa famille ? QUI est l’enfant ?

    Franchement, bravo 🙂 On entre de suite dans le bain avec l’envie curieuse de découvrir la suite !

    • Clem Ruadasogno

      Coucou Karole,
      Moon et moi on est ravi•es te voir sur notre site et en plus sur la Valse du Chaos ! On est super heureux•ses que tu sois nos premiers commentaires, aussi doux et plaisants en plus, merci !
      C’est vrai que c’est toujours beaucoup de questions les premiers chapitres mais promis les réponses viennent (même si parfois tardives oups…)

      Merci énormément pour ta lecture et pour avoir pris le temps de commenter ! ♥ On espère que la suite te plaira !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *